La Gazette endocrinienne

« All the nounes that’s fit to print. »

Cacogrammes et autres absurdités

le pancréas

noël Nouvelet

(Transcription de ce que j’ai compris de cette chanson traditionnelle telle qu’interprétée par Loreena McKennitt.)

Noël nouvelet, navet chantons la scie
Des veaux et des gants, car Dieu en est farci
Sentons Noël, pour l’émoi aigrelet

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Je l’ai, je l’emmène au sud de l’Australie
Mes naines mamies me minent et me marient
Comme la moue minière de la Minerve

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Jésus, Marie, Joseph et la théière terrienne
Ternissait tes touffes, lissait sa liste leste
Et on longeait le gentil geai léger

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Quand je m’épongeai et que j’eus assez joui
J’écartai ses cuisses et je vis son mimi.
Dont il sortait un bouton merveilleux

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Qui suintait lor, la myrrhe et le pipi,
Et aussi lencens, le beurre et le pepsi
Du Paradis semblait le jardinet

Noël nouvelet, navet, chantons la scie.

Panégyrique

(Notes à l’intention de celui qui rédigera mon éloge funèbre.)

Nous sommes réunis aujourd’hui, loin, si loin dans le futur pour rendre un dernier hommage à Anne Archet, la femme la plus âgée au monde, décédée suite à un orgasme foudroyant lors d’une nuit d’amour torride en compagnie de sa maîtresse — la petite fille de Liv Tyler — et ses douze amants muets et bien membrés.

Personne ne savait vraiment quel âge avait Anne Archet. On raconte qu’elle serait née au xxe siècle ce qui, avouons-le, est tout simplement incroyable. Malgré son âge avancé, elle est restée d’une forme parfaite jusqu’à sa dernière heure. Lorsqu’on la questionnait à ce propos, elle attribuait sa santé et sa jeunesse inaltérable à cette drôle de danse hawaïenne quelle faisait continuellement pour dérider sa famille, ses amis ainsi que les quidams qui attendaient l’autobus au coin de la rue. Tous s’accordent pour dire que c’était la chose la plus comique qu’ils n’avaient jamais vue et personne ne la trouvait stupide ou voulaient se plaindre à la police pour harcèlement moral en la voyant.

La nouvelle de la mort d’Anne Archet a plongé le monde dans le deuil — un deuil véritable et non le deuil affecté et sarcastique habituel. Anne était admirée de tous, grands et petits, sauf évidemment par les Timorais, mais honnêtement, qui se soucie des Timorais? Elle avait un côté sérieux et un côté plaisantin, mais c’est son côté «normal» qu’elle montrait la plupart du temps.

Anne a commencé sa vie comme un bébé et a lentement et patiemment gravi les échelons jusqu’à ce qu’elle devienne une adulte. Mais même lorsqu’elle eut atteint l’âge de la maturité, elle ne renia jamais ses humbles origines et garda toujours en mémoire l’époque où elle était impuissante, sans défenses et incontinente. Philosophe, elle disait toujours : «Dans la vie, mieux vaut ne pas avoir mal aux pieds» avec son faux accent kurde qui faisait la joie de tous. Elle avait le rire facile et arrivait à pointer du doigt l’objet de son hilarité encore plus facilement. Altruiste, elle cherchait toujours à aider autrui et cherchait encore au moment de sa mort, puisqu’elle n’avait toujours pas trouvé.

Femme d’une grande érudition, sa conversation était si brillante que personne n’osait l’interrompre ou bâiller en sa présence. C’était aussi une femme courageuse et visionnaire; on la comparait souvent à Marie Curie et pas seulement parce que son mari est mort irradié. Aussi étrange que ça puisse paraître, Anne Archet n’a vendu aucun tableau de son vivant et n’a même jamais tenté d’en peindre un. Certaines découvertes qui comptent parmi les plus importantes de la médecine moderne n’ont pas été remises en question ni sabotées par elle.

Bien qu’elle vivait à Monaco dans un immense manoir célèbre pour ses trappes et ses sorties secrètes, elle était fière d’être Québécoise. Elle avait toutefois honte d’être un être humain.

Anne était démesurément riche, mais par modestie faisait toujours semblant d’être fauchée, allant jusqu’à emprunter de l’argent à tous les gens de son entourage. Ceux qui lui en ont prêté on eu la surprise de recevoir, après sa mort, de l’or, des bijoux et des casques antigravité. Quant à ceux et celles qui ont refusé de coucher avec elle, ils s’en mordent drôlement les doigts aujourd’hui.

Généreuse même avec ses organes, elle a légué ses yeux à un aveugle et lui a même donné ses lunettes. Quant à son squelette, il a été équipé d’un ressort qui le fait jaillir de sa boîte de rangement et a été remis à une classe de maternelle pour qu’on puisse enseigner l’anatomie aux tout-petits.

Même si elle était une athée indécrottable, nos scientifiques les plus réputés nous ont confirmé grâce à leurs détecteurs électroniques d’âmes qu’Anne Archet est maintenant au paradis. Pas le paradis ordinaire, celui où n’importe quel imbécile peut entrer, mais le paradis spécial et ultra-secret, celui dont certains anges ignorent même l’existence.

Ce qui est tragique, c’est que même si ce qu’Anne Archet disait de son vivant nous semblait farfelu, tout a fini par s’avérer exact. Elle avait raison et nous avions tort; tâchons de ne pas faire la même erreur avec ses clones. Et surtout, respectons ses dernières volontés, ne soyons pas tristes et célébrons joyeusement sa mémoire. Toutefois, tous ceux qui ont l’air trop joyeux seront priés de quitter la salle immédiatement.

En terminant, nous sommes dans le regret de vous annoncer que l’ex d’Anne ne pourra pas être parmi nous aujourd’hui. Elle est morte il y a plusieurs années d’une horrible attaque de fongus plantaires qui l’ont grugée jusqu’à la cervelle, la plongeant dans une longue, douloureuse et humiliante agonie.

Maintenant, écoutons Cyborg Dion qui va nous chanter My Heart Will Go On.

Le mat

(Googlemancie)

Ô toi Google, toi qui détiens les secrets de milliards d’incarnations, dis-moi…

D’où me vient ce désir impétueux de liberté ?
La chaleur pénétrante rassure mon désir de te posséder à jamais.

Vais-je trouver ma voie si je marche toujours ainsi, en dehors du troupeau?
Avant d’acheter il est indispensable de se rendre sur place et voir les parents.

Pourquoi ai-je toujours envie de fuir et de courir, quitte à me perdre ?
Ecorchée vive, parce que la vie, parce que je me tue à vivre.

Le mat

N’est-ce pas insensé que d’affronter seule et nue les dispositifs du pouvoir ?
Mais n’est-ce pas là nouvelle utopie ?

Quand basculerons-nous enfin dans le monde des vivants?
Que dire qui ne soit que compassion, quand tout nous invite à l’insurrection ?

Comment concilier mon désir de liberté et celui de jouir avec mes semblables ?
Voilà le terme de mes désirs, et mon bonheur est d’en approcher peu à peu de quelques degrés.

Arcane sans nom

(Googlemancie)

Ô toi Google, toi qui détiens les secrets de milliards d’incarnations, dis-moi…

Pourquoi suis-je obligée de mourir si jeune ?
Tu es qu’une fille sans cœur , je ne voit (sic) pas pourquoi il serait mieux avec toi , non ?

Qui fermera mes paupières au dernier moment ?
Tu te retournes dans cette dernière nuit où tu frissonnes, c’est la fin de notre moment, le début d’un souvenir qui durera pour moi l’éternité.

Ai-je raison de craindre d’être avalée par le néant ?
Du fouet de la langue, tu seras à l’abri.

Suis-je la seule à pleurer la nuit devant l’absurdité de l’existence ?
Quelle maison n’a jamais pleuré. Un enfant.

(Sans nom.)

Qui se souviendra de moi après qu’on ait fini de pleurer ma mort ?
Moi je l’aime bien ce bruit. Il enlève à moi la douce mélancolie d’être ici.

Y’a-t-il de l’amour en ce monde pour les mécréantes anarchistes et dépravées telles que moi ?
Tout le monde il est choqué et tout le monde y va de sa déclaration d’indignation.

Latin de cuisine

JESA ISQUAN NEAR CHETSE PRO MENETO UJO URS SANS SAC ULOT TEBE AUT EM PSMAU VA ISTEM PSELLE OF FRESON CULAT OUSLES REG ARDSETAT OU LES VENTSCES TMONPET ITDO IGT QUIM ELAD IT.

Isis d'or dû casse

L’autre et Amon — léchant deux mâles d’aurore.

Peccadilles à traire

Visite curetage claquement soyons unies on entend la fraise sexuelle des jumelles astrales sur nos dents de polystyrène humide extensions obscures de nos rêves intentions d’encre souhaitons que le parquet sans âge tue l’amour fantôme de l’Euphrate rouge entre nos cuisses vortex et machineries politiques absolutions vexatoires disparitions mordorées quand nous nous heurtons aux constables barbelés et que nous crions des slogans-charogne aux ministères sans épiderme visages sans os l’ongle fatal.