Si je suis c'est que

Texte sécrété par la thyroïde
de Mme Aa, L'Antiphilosophe

Si je suis folle c’est que je ne veux pas mourir.
Si je suis mouillée c’est que mes rêves sont trop bleus pour ma propre taille.
Si je suis inerte c’est que moine transversal s’agite dans l’eau du bidet.
Si je suis putain c’est que l’étable vaginale accueille l’axe de la mort en son sein.
Si je suis esclave c’est que les verges pyrotechniques lancent leur lait sans valises sur le sol.
Si je suis amoureuse c’est que les crustacés de mon sexe en bannière ont fini par prendre le dessus.
Si je suis inflammable c’est que l’araignée-miroir a suivi le courant jaune des flagellants.
Si je suis damnée c’est que l’ombre agricole me perce des fenêtres dans les pupilles.
Si je suis sainte c’est que la bave bienheureuse des vulves sans sel a plié en quatre le papier fin de mes songes.
Si je suis une femme c’est que mon désir a trouvé les mécanismes froids des cunnilinctus carnivores.
Si je suis morte c’est que j’ai épuisé ma folie.